A la tombée du jour

Publié le par MOTS, ARTS & GOURMANDISE

IMG_6239.JPGA la tombée du jour, les forêts millénaires

Déploient leurs frondaisons sous le vent qui murmure,

Mille points verdoyants oscillent sous l’azur

Et l’horizon se vêt d’un manteau funéraire.

 

Un reste de matin sous une cape noire

Epuise la lueur d’un fanal indocile ;

Bâtissant son ourlet dans les échos d’Avril,

Le silence s’y perd lorsque descend le soir.

 

En brisant l’encrier, la nuit, tachant ses doigts,

Va souiller l’horizon. Ces mains, dans un défi,

Balafre son buvard d’une trainée de suie

Y laissant un sillon imperceptible et froid.

 

Quand il n’en reste rien qu’un halo dans la brume

Et des cieux écorchés par les ronces du temps,

Ricochent, à jamais, sur les murs du couchant,

Les sourires blafards et narquois de la lune.

 

© extrait de J’AI CONJUGUE LE TEMPS - ISBN N°  978-2-9538961-1-4

Publié dans POEMES

Commenter cet article