A petits pas

Publié le par Cypora Herzhorn

9371349_a65a20b8_560.jpgA petits pas, je suis venue
Dans ce jardin où tu reposes
Pour t’apporter ses jolies roses
Que mes baisers ont revêtues.

Lorsque le printemps facétieux
Va se cacher pour mieux renaître,
Dans un silence religieux,
Je viens m’asseoir sous ta fenêtre.

Et quand l’été me déshabille,
Je fais le chemin à l’envers,
Je me souviens, et s’éparpillent
Nos doux moments, nos joies d’hier.

Lorsque l’automne prolifère
Et vient rougir au vent mauvais,
Je me souviens des primevères
Que, par amour, tu me cueillais.

L’hiver venant en froide escorte,

Quand Février nous tyrannise,

C’est ta main qui me réconforte

Quand, dans mes rêves, tu te glisses.

 

Ainsi menée par les saisons,

De reflets d’or en oiseaux lyres,

J’entends toujours tes violons

Sur la portée des souvenirs.

 

A petits pas, j’étais venue

Dans ce jardin où tu reposes,

Pour t’apporter ses jolies roses

Que mes baisers ont revêtues.

 

© extrait de COMME UNE DOUCE MAIN

Publié dans POEMES

Commenter cet article