Entrebâillant un peu...

Publié le par Cypora Herzhorn

9166413_c048d53b_560_ws66364051.jpgEntrebâillant un peu le manteau de la nuit,
Déjà le ciel pâlit en figeant les étoiles
Et, malgré le halo de la lune qui luit,
Il croque l’Orient, tel un peintre sa toile.

   

Alors l’aube, mettant sa robe de satin
Parfumée de rosée, s’étend dessus la plaine
Et, tout en esquissant au crayon le matin,
Récrit un jour nouveau comme on fait un poème.

 

A l’heure où le bouvreuil sort enfin du sommeil,
Qu’en un dernier sursaut, l’astre blond se consume,
Au nez des tournesols enfin le gai soleil
Imbibe ses pinceaux dans l’encre de ma plume.

 

Et pourtant, chaque fois, si tout est différent
Quand s’éploient au levant ses pourpres admirables,
L’aurore aux doigts de fée étreint le firmament,
Repeignant l’horizon de couleurs ineffables :

 

L’automne revenu de vermeil habillé,
En fardant la forêt de reflets rubescents,
Dit à toutes les fleurs que la pluie a mouillées
Que, demain à nouveau, chantera le printemps.

 

Quand l’été dansera au bras de l’arc-en-ciel,
Posant son chevalet entre deux coquillages,
La mer me soufflera, d’un ton confidentiel,
Tout ce que je n’ai pas écrit sur cette page.

 

 

(c) Tous droits réservés

Publié dans POEMES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article