Eternité

Publié le par MOTS, ARTS & GOURMANDISE

ETERNITEQuand je m’installerai, sans désir, sous la terre,

M’imprégnant des parfums de l’ultime saison,

Succombant aux soupirs, aux regrets, aux misères,

Lorsque le temps viendra de quitter ma maison,

 

Ni les brises de mer embaumant les chemins,

Ni les souffles ailés des zéphyrs aux beaux jours

N’attendriront mon âme endormie au matin,

Tandis que mes foulées y vibreront toujours.

 

Ni poèmes, ni chants ne pourront me charmer,

Dans le silence clair de mon dernier matin,

L’automne flamboyant, l’inexorable été,

Qui bercèrent mon cœur, me perdront en chemin.

 

Les oiseaux de l’hiver chanteront l’amertume

Et ne resteront plus des perles du printemps

Que rêves sans retour et souvenirs posthumes

D’enfance bafouée perdue depuis longtemps.

 

© extrait de J’AI CONJUGUE LE TEMPS - ISBN N°  978-2-9538961-1-4

Publié dans POEMES

Commenter cet article