La créature

Publié le par MOTS, ARTS & GOURMANDISE

LA CREATUREIl marchait, sous la lune, d’un pas mécanique,

Comme un prince déchu échappé du passé,

Dans sa tête, jouait un hymne pathétique :

Do, ré, mi, fa, sol, la, qu’il se mit à chanter.

 

Dans ses yeux, scintillait une flamme troublante,

Une larme, un sanglot, comme un je ne sais quoi,

La musique cognait dans son cœur, obsédante

Celle des troubadours de l’époque des rois.

 

Lorsque je l’ai croisé, il dansait, solitaire,

Un étrange parfum émanait de son corps :

Tout comme des lilas fanés depuis des ères,

Comme un manteau de pluie cousu de feuilles d’or.

 

Mais il ne m’a pas vue quand je lui ai souri…

Comme un renard blessé retrouve sa tanière,

Comme un cheval fourbu revient à l’écurie,

Il s’est évanoui sous les stèles de pierre...

 

…Et depuis cette nuit, lorsque le jour pâlit,

Je me souviens, alors, d’un parfum d’autrefois,

J’entends comme un sanglot, un murmure, une voix,

Et, dans le firmament, la lune me sourit.

 

© extrait de J’AI CONJUGUE LE TEMPS - ISBN N°  978-2-9538961-1-4

Publié dans POEMES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article