Le cygne

Publié le par MOTS, ARTS & GOURMANDISE

LE CYGNEÔ toi, beau cygne ailé au port majestueux

Qui descend, doucement, ce miroir pellucide,

Sais-tu qu’au temps jadis un Seigneur amoureux,

Econduit et trahi, tourmenté…et perfide,

     

Après maintes années passées à se languir,

A espérer, en vain, le retour de sa belle,

Malheureux, accablé, jaloux à en mourir

Et tout à son courroux, punissant l’infidèle,

 

Fit servir en ripaille à la muse indocile,

Le coeur de son amant ?! Et, si l’étang se ride

Sous le duvet funeste de ton cou gracile

Tel un ange de mort où tu passes, impavide,

 

C’est que l’eau les a ceints du tombeau tout en verre

Où toi, beau cygne noir, indifférent, tu glisses

Et leurs ombres damnées te font comme un suaire

Habillant l’onde jais d’une obscure pelisse…

 

(c) extrait de J'AI CONJUGUE LE TEMPS - ISBN N° 978-2-9538961-1-4

Publié dans POEMES

Commenter cet article