Mal de mer

Publié le par MOTS, ARTS & GOURMANDISE

Lorsque j’ai pris la mer, mon coeur était en fête

Et le soleil, enfin, de la brume émergeait

Clignant de ses yeux d’or sur les mâts et ma tête,

Sur les dunes ambrées, les bateaux et les quais.

 

Les parfums de l’été embaumaient le Vieux Port,

Des dauphins, deux par deux, m’escortaient facétieux,

Parés de beaux atours, les fusains de l’aurore

Repeignaient l’horizon à « l’encre de mes yeux »...

 

...Maintenant, je louvoie sur un vaisseau fantôme

Qui tangue sous mes pieds toutes voiles dehors

Et, sur le pont désert, se mêlent des arômes

De poisson et de bois, de bâbord à tribord.

 

Sous le vent imprégné de varech et de sel,

D'ivre mouvement s'incline ma galère

Et je sens me gagner l’amertume et le fiel…

…Tel un cri retenu juste avant la colère.

 

(c) extrait de J'AI CONJUGUE LE TEMPS - ISBN N° 978-2-9538961-1-4

 

MAL DE MER

Publié dans POEMES

Commenter cet article