La flèche

Publié le par Cypora Herzhorn

cerf4.jpgLa flèche s’est plantée en plein cœur de la cible
Laissant, dans l’air glacé, comme un je ne sais quoi :
Un souffle, un vibrato, un sifflement narquois
Importunant la paix d’un écho irascible.


Qu’il serait doux d’aller dans la forêt profonde
Retrouver les chemins, les sources et les voix
Lorsque les chants d’oiseaux s’allient et se confondent
Pour gazouiller ici des refrains d’autrefois.


L’automne facétieux qui se terre en coulisse,
Etreint, la nuit tombée, la ligne d’horizon,
Dans le silence froid un cerf soudain se glisse
Et brame son désir de tendres abandons.

 

 

Pourtant, il est bien loin le temps des épousailles,
Des ébats langoureux, des mâles voluptés,
Quand des reflets ardents appellent aux semailles
Et que les alizés invitent aux baisers.

 

(c) extrait de COMME UNE DOUCE MAIN

Publié dans POEMES

Commenter cet article